Sommaire   Contents 

Morceaux choisis d'égyptologues

D'abord, 2 définitions

Me considérant comme un amateur averti en égyptologie, je tiens à donner une définition de ce que j'entends précisément par ces termes.

BallAmateur averti
Amateur à qui un professionnel a dit : « Je vous avertis, vous êtes un amateur. »
Egyptologie
Etude de la civilisation ou de la langue égyptienne pratiquée chez soi, au logis, quand on n'a pas les moyens d'aller tous les ans en Egypte.

Les citations qu'on trouvera ci-après n'ont aucun caractère de méchanceté. Elles ont pour seul but de rire de nos imperfections. Si les premières relèvent plutôt de la sottise, ou du moins de l'erreur de jugement, les autres relèvent le plus souvent d'une coquille d'éditeur, de l'inattention de leurs auteurs à la relecture, de l'humour discret (pour Champollion) ou de l'outrance dans la grandiloquence (pour J.Y. Barré).

En cherchant dans mes propres écrits, il est vraisemblable qu'on puisse trouver bien des sottises et des coquilles. On aura alors aucune difficulté à me « rendre la monnaie ». Mais alors, je serai devenu un auteur... lu, puisque critiqué !

Gaston MASPERO dans « La Mythologie », page 277
Gustave LEFEBVRE dans « Romans et contes égyptiens », page 196 dans les Aventures d'Horus et de Seth.
C.L. dans « Mémoires de Thoutmosis III »
M. D. M. dans « Thoutmosis III, le plus grand des pharaons »
Jean-François CHAMPOLLION dans « Principes généraux de l'écriture sacrée égyptienne » et « Lettre à M. Dacier »
Grammaire de Champollion, page 332. Dans sa grammaire publiée après sa mort, on trouve, à la page 332, une figure montrant deux divinités ouvrant leurs ailes pour protéger deux cartouches royaux.

Mais à la page 447, on trouve une autre figure d'un genre comparable mais d'un humour d'une telle discrétion que bien peu de ses contemporains ont dû en comprendre la finesse.
Les cartouches contiennent son propre nom, mais il a bien pris soin de tourner les ailes protectrices des divinités... vers l'extérieur, pour éviter le sacrilège. Le premier se lit "CHAMPO" et le deuxième "LLION", les 2 L étant écrits - comme il se devait - avec deux lions...
Grammaire de Champollion p. 447

Par ailleurs, dans sa Lettre à M. Dacier, il écrit plusieurs fois son nom, très discrètement en petits caractères, au bas des planches explicatives, en hiéroglyphes, en démotique ou en hiératique, sans en donner la moindre explication. En voici deux exemples, en démotique (avec cartouche) puis en hiéroglyphes.
"Champollion" en démotique
"Champollion" en hiéroglyphes
Dans une lettre d'Alexandrie écrite le 29 octobre 1829 au Dr Pariset, il signe « Je suis tout à vous, de cœur et d'âme » (cœur et âme en hiéroglyphes) Maïamoun (= Aimé d'Amon). Signature "Maiamoun"

  
Jean-Yves BARRÉ dans de nombreux documents.
"Barré" dans la tombe de Thoutmosis III . Persuadé d'avoir trouvé, dans la tombe de Thoutmosis III, son propre nom écrit en hiéroglyphes sur un pilier, sous la forme « Ba-Rê », c'est-à-dire « (l'âme-)ba (de) Rê », il voyait là un appel du pharaon lui-même qui l'incitait à traduire les textes de sa tombe en français. Bien plus, il en avait sans vergogne adopté l'image comme marque personnelle dans certaines de ses publications, sous prétexte que Champollion lui en avait donné l'exemple.

Se basant sur le même raisonnement, il avait fait figurer comme fond de page personnel, sur l'Internet, une vignette du Livre pour Sortir le Jour du scribe Ani. Mais il avait trafiqué le texte et l'image, de façon à leur faire dire : « Je suis le Bénou, le Ba de Rê, [ce qui, jusque là restait authentique] en mon nom de Ba-Rê [un faux grossier, bien sûr] », pour réaliser un jeu de mots sur son propre nom. Mais la honteuse supercherie fut vite découverte par les spécialistes.

Papyrus d'Ani truqué



Conclusion

Timbre émis à Figeac en 1972 On peut se demander à juste titre si l'Egypte ne rend pas parfois les égyptologues un peu... timbrés !


 

 Sommaire   Contents