LA 5e HEURE

La Conductrice, qui est dans sa barque

 

5.1 Situation

 Vous pouvez aller directement aux sections suivantes :
Présentation Introduction Registre 1 Registre 2 Registre 3

 

5.2 Présentation

Description générale
Situation dans l'Espace Caché de la Douat
Au sud.
- Description dans la version complète : à l'introduction [5,i 3].
- Description dans la version abrégée : [P2,a 25].
 
Disposition des scènes
- La 5e Heure respecte la disposition normale des Heures sur trois registres.
- La porte d'accès à la chambre latérale III aurait pu être une cause importante de soucis pour les décorateurs. Il n'en a pourtant rien été, car ils s'étalent comme si la place n'allait pas leur manquer un peu plus loin, dès la 1ère Heure. Cette disposition optimiste semble démontrer qu'un plan précis, avec disposition exacte de chaque Heure, n'avait été réalisé que très approximativement, ce qui conduira, à d'autres endroits, à condenser certaines scènes de façon drastique. Pour plus de détails, se reporter au chapitre consacré à l'architecture de la tombe.
- A cette Heure, les divinités ne sont nulle part représentées en effet perspective.
- Le visiteur reste généralement ébahi devant ce paysage saisissant de l'au-delà réalisé avec une telle maîtrise.
 
Géographie du lieu Voir le schéma du parcours
- Région visitée par le dieu solaire : Memphis et le territoire de son dieu funéraire Sokar. Il faut bien comprendre que si Horus a décoré les quatre faces du sarcophage de son père Osiris, une orientation symbolique sur les quatre points cardinaux l'obligeait à désigner une « face sud », même si ce sud-là ne correspond évidemment à aucune réalité géographique dans le parcours nocturne du soleil. On ne devra donc pas confondre la face peinte sud de ce sarcophage (et par extension de l'Espace Caché) avec la région nord où s'enfonce manifestement le Grand Dieu.
- Divinités principales : Rê et Sokar « qui est sur son sable » dont les noms apparaissent chacun 13 fois dans cette Heure.
- Portail : « le Point d'arrêt des dieux » [5,i 2].
- Caverne : « l'Ouest » [5,i 2].
- Nom de la barque solaire : « Vie des âmes-baou » [5,2 106 et 5,2 182].
- Nom de l'Heure : « La Conductrice, qui est dans sa barque » [5,i 2].
- Gardiens : pas de gardien affecté spécialement à cette Heure.
Particularités

- Cette Heure occupe la surface la plus importante de toutes les Heures. La présence de la porte d'accès à la chambre III n'a pas perturbé les décorateurs qui ont utilisé la surface disponible pour allonger le R1 à tel point que les personnages n° 339 à 343 sont espacés plus que partout ailleurs dans la tombe. Il est possible qu'ils aient eu à regretter un peu plus loin cette insouciance.
- Il faut noter que, chez AmenHotep II, cette Heure présente exactement les mêmes particularités : une porte est placée au même endroit et la décoration est agencée de la même façon, occupant une place aussi généreuse.

Le registre 3 présente le domaine ovale de Sokar de façon très originale, au-dessus d'un mer de flammes [5,3 237-238] dont on ne distingue la vraie nature qu'à la lecture des textes. Il ne s'agit d'ailleurs pas d'un lieu de tourments pour des damnés (terme puéril judéo-chrétien sans équivalent chez les Égyptiens) mais une zone d'extrême danger qui délimite le territoire de Sokar et que tous les dieux évitent prudemment [5,3 237-238].

Certains textes sont rédigés en graphie noire énigmatique, d'autres à l'encre rouge mais sans énigmes, d'autres encore avec et sans énigmes côte à côte.

Les textes et les illustrations de la 5e Heure

La 5e Heure nous fait parvenir au cœur même du domaine de Sokar « qui est sur son sable », surnom habituel du dieu. Ce lieu sacré, très obscur et très dangereux, est éclairé seulement par les flammes sortant de la gueule de serpents-gardiens qui vivent de la voix de Rê et ne vont à aucun autre endroit. Chaque registre offre des illustrations originales dont l'ensemble devait être représentatif des conceptions funéraires de Memphis. Elles forment un ensemble complet, riche et varié.

Cette caverne est non visible, non perceptible [5,i 1] et même non connue [5,i 3]. Les dieux qui s'y trouvent ne peuvent qu'entendre la voix de Rê [5,i 1] qui lui-même devient un dieu non visible et non observable [5,3 208].

La barque solaire est halée par quatorze divinités qui doivent contourner une colline de sable surmontée de la tête d'Isis. Le scarabée Khépri, symbole de l'objectif à atteindre, émane lui aussi d'un réceptacle sablonneux au R1, et aide les haleurs à contourner cette colline.

Sur les berges, au registre 1 , des divinités ont pour rôle d'assurer la protection du Grand Dieu et de détruire tous ses ennemis. Le registre 3 , est entièrement consacré au lieu très secret et très dangereux constituant le domaine de Sokar gardé de toutes parts par des êtres terrifiants. Sokar lui-même y est montré dans sa zone-ovale [5,3 193] qui rappelle la forme de la chambre funéraire de MenKheperRê. La chair secrète de Sokar y est gardée par Aker, et on y entend de violents coups de tonnerre [5,3 199].

Dans cet ensemble théologique complexe qui évoque la Chair et le Corps de Sokar dans ses manifestations primordiales [5,i 3], il est intéressant de constater que le dieu funéraire de Memphis présente des caractéristiques semblables à celles de Rê. La grande Ennéade [5,1 9] d'Héliopolis (un peu modifiée) y est représentée. Le réceptacle sablonneux du R1 évoque d'une part un coffre céleste assimilable au corps de Nout/Isis [344] qui s'ouvre vers le bas comme le corps d'une femme pour engendrer le soleil-scarabée Khépri et d'autre part un coffre terrestre, celui contenant la dépouille d'Osiris pleuré par Isis et Nephtys sous forme d'oiseaux [345-346], tout cela dans la même image, au milieu des registres 1 et 2 .

La confusion très volontaire entre Sokar et Osiris est telle qu'Isis crache des flammes pour protéger son frère (Sokar/Osiris) [5,3 231].
La synthèse Sokar/Rê/Osiris se réalise ici de façon subtile et harmonieuse, chaque dieu prenant tour à tour les attributs de l'autre.

De nombreux textes dans cette Heure présentent un aspect chaotique, souvent dans un désordre total, et posent de ce fait d'importants problèmes de traduction.

Texte d'introduction

La désormais habituelle introduction insiste fortement sur les aspects de cette caverne non visible, non connue, non perceptible, inaccessible, dont les entrées sont cachées. On y rappelle les termes du texte d'introduction de l'Amdouat qui incitait déjà à connaître les âmes-baou et ce qu'elle font [5,i 3].

Registre 1

Au-dessus de la porte d'accès à la chambre latérale III, neuf signes divins représentent la grande Ennéade d'Héliopolis [5,1 4-18]. Puis un groupe de cinq divinités très espacées, préposées aux noyés [5,1 20-22] dont fait partie Osiris, cheminent vers un réceptacle de sable, coffre [344 décrit en 5,1 24] contenant le cadavre d'Osiris et symbolisant Nout d'où sort Khépri. Ce dernier [373] maintient la corde de halage du R2 pour contourner la colline de sable à tête d'Isis.

Le serpent sacré à deux têtes n° 347, bien que vivant de la voix de Rê [5,1 62], pourrait se montrer dangereux même pour ce Grand Dieu qui lui demande de ne pas tirer sur lui et de ne pas attaquer ses suivants [5,1 34-35].

Les divinités de droite sont d'épouvantables massacreurs aux comportements d'une très grande violence. Les morts qu'ils doivent consumer sont les ennemis d'Osiris. La terrible Démolisseuse-Khémit préposée au découpage des morts [356] figure en rouge à l'extrémité droite du registre.

Registre 2

Un petit hymne de bienvenue souhaite d'abord la paix [5,2 109-127] au Grand Dieu qui arrive. Sokar qui est couramment représenté avec une tête de faucon est subtilement surnommé ici Horus « qui est sur son sable » [5,2 121]. Khépri (celui de la venue à l'existence) y est vraiment compris comme l'objectif à atteindre : « Viens à Khépri, ô Rê ! Viens, Rê, à Khépri ! » [5,2 121-122] qui aide même à tirer la corde de halage [5,2 124-125].

La barque solaire dont la proue et la poupe sont faites, comme à la 4e Heure, de têtes de serpents (pour éclairer le chemin) porte un équipage complet de huit divinités dont les noms sont tous écrits en rouge exclusivement. C'est la seule Heure qui présente cette particularité. La barque est halée grâce à un très long câble tiré d'abord par sept dieux anonymes, puis par Khépri qui permet de contourner la colline d'Isis, et enfin par sept déesses anonymes. 

Le cortège est précédé de divinités chargées de distribuer les offrandes en nourriture dans cette caverne [5,2 173].

Il est intéressant de noter que, dans ce lieu pourtant très secret, et contre toute attente, les sept petites colonnes situées entre le scarabée et la tête d'Isis [5,2 132-138] ne sont pas rédigées en écriture rétrograde mais en clair, de droite à gauche, à l'encre rouge.

Registre 3

Ce registre présente une structure complexe faite de chemins, de portes et d'une mer de flammes qui entourent la zone-ovale constituant la résidence de Sokar, la rendant totalement inaccessible à quiconque, sauf aux divers gardiens qui s'y trouvent. Les dieux, les esprits-akhou et les morts ne s'y engagent pas, car il est plein de flammes de feu (sortant de) la bouche d'Isis [5,3 231] ou de celle du serpent-Ouamemty [n° 395 et 5,3 233], aspect d'Isis. Les forces ennemies l'ont en abomination [5,3 234-235].

La zone-ovale de Sokar constitue bien sûr le point focal de ce registre. Les textes font du dieu et de sa résidence une description précise. Sokar y est appelé la Chair de Sokar « qui est sur son sable » [393] tandis que le dieu Aker, sous l'aspect de deux protomés de sphinx répartis de part et d'autre [392 gauche et droite] de la zone-ovale, garde la Chair secrète [5,3 220-225]. Chacun de ces protomés est d'ailleurs appelé la Chair [392 gauche et droite]. Le mot Chair est donc utilisé de façon à bien montrer que Sokar, Rê, Osiris et Aker forment en définitive une seule et même réalité malgré leurs aspects distincts. Ils concrétisent simplement les différentes compréhensions et traditions locales funéraires d'Égypte d'un même concept religieux, sans doute unifié et homogénéisé avec le temps, que le roi devra s'efforcer de mieux connaître.

Quant à la mer de flammes, la barque(-solaire) n'y passe pas [5,3 237-238], car il ne s'agit pas d'un chemin carrossable mais d'une arme très dissuasive de protection.

Utilité pratique

« Celui qui connaît cela, son âme-ba sera satisfaite, comme est satisfait Sokar. La Démolisseuse-Khémyt ne découpera pas son cadavre, et des offrandes leur seront faites [à ces dieux] » [5,i 3].


« Celui qui connaît cela, son âme-ba sera satisfaite. Elle sera satisfaite des offrandes de Sokar. [26] La Démolisseuse-Khémyt ne découpera pas son cadavre, et il passera devant elle en paix. Des offrandes seront faites à ces dieux, sur terre. » [P2,a 25-26].


 

5.3 Traduction

[Les titres, les subdivisions et les informations écrites entre crochets sont des commentaires ou des ajouts du traducteur.]

5e Heure - Introduction

[2 colonnes, à gauche de la porte donnant sur la chambre latérale III. Ce texte est suivi de 3 autres colonnes laissées vides.]
[5,i 1-2]  Voir les hiéroglyphes
Ce Grand Dieu est halé sur les chemins frayés de la Douat dans la moitié supérieure de la caverne secrète de Sokar « qui est sur son sable ». Elle est non visible et non perceptible (200), cette image secrète de la terre qui porte la Chair du dieu. Les (dieux) qui sont en (compagnie) de ce Dieu entendent la voix de Rê quand il appelle, à proximité. [2] Le nom du portail de ce lieu est « le Point d'arrêt des dieux ». Le nom de la caverne de ce (201) dieu est « l'Ouest ». Le nom de l'Heure de la nuit qui conduit ce Grand Dieu est « La Conductrice, qui est dans sa barque », qui conduit le roi { MenKheperRê } <Fils de Rê> { <DjehoutyMes>-NeferKheperou }, juste de voix, sur ces beaux chemins dans le ciel et dans la Douat.
[Ligne courant sur toute la partie supérieure du registre 1 et continuant sur le premier tiers de la 6e Heure.] (202)
[5,i 3]  Voir les hiéroglyphes
Les chemins secrets de l'Ouest, les portes (donnant accès) aux entrées cachées, le lieu inaccessible de la terre de Sokar, la Chair et le Corps dans ses manifestations primordiales. Connaître les âmes-baou qui sont dans la Douat, ce qu'elles font pour ceux « qui sont dans les Heures » [?] d'après [?] leurs noms secrets. Elle n'est pas connue, pas visible et pas observable, cette image d'Horus lui-même. Ces choses sont réalisées de façon identique en peinture dans la (partie) cachée de la Douat, au sud de l'Espace Caché. Celui qui connaît cela, son âme-ba sera satisfaite, comme est satisfait Sokar. La Démolisseuse-Khémyt (203) ne découpera pas son cadavre, et des offrandes leur seront faites, [à ces dieux] sur terre par le roi { MenKheperRê } Fils de Rê { DjehoutyMes-NeferKheperou }, (204) vivant pour l'éternité terrestre et solaire.

5e Heure - Registre 1

Scène 1
[15 petites colonnes, de hauteurs inégales, et 1 ligne, réparties au-dessus de la déesse (329) portant une plume sur la tête et les 9 signes divins "netjer" (330 à 338).]
[5,1 4-18]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Paroles dites par ce Grand Dieu : (Déesse de) l'Ouest, donne ton bras ! (205) Il est beau le chemin qui est dans la terre, (206) le chemin des tombes et le lieu de repos de mes dieux ! Vous respirez, (ô) cette Ennéade [10] de dieux qui venez à l'existence de ma chair alors que vos formes n'étaient pas encore venues à l'existence. Conservez votre approvisionnement [?]. [15] Je vous protège lorsque vous me rendez hommage. C'est à vous que j'ai ordonné d'être sacrés lorsque vous me rendez hommage [18] dans la terre de l'Ouest.
[Ligne au-dessus des 9 signes divins « netjer ».]
[5,1 19]
Cet approvisionnement [?] de ces dieux dans la Douat. Ils existent de cette façon.
[Noms des divinités.]
Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
[Déesse portant une plume sur la tête et étendant une main.]
[329] Celle qui ... [?? identification problématique]
[Les 9 signes « netjer », au-dessus de la porte donnant accès à la chambre 3.]
[330 - n&r] La Grande(-couronne) [??], Signe-divin du Sud, de Khépri [surmonté de la couronne blanche du Sud]
[331 - n&r] Signe-divin de Chou
[332 - n&r] Signe-divin de Tefnout
[333 - n&r] Signe-divin de Geb
[334 - n&r] Signe-divin de Nout
[335 - n&r] Signe-divin d'Osiris
[336 - n&r] Signe-divin d'Isis
[337 - n&r] Signe-divin de Nephtys
[338 - n&r] Signe-divin du Nord, d'« Horus de la Douat » [surmonté de la couronne rouge du Nord] (207)
Scène 2
[3 lignes au-dessus de 5 divinités (339 à 343).]
[5,1 20-22]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Paroles dites par ce Grand Dieu : Tenez-vous près de votre eau, protégez vos rivages quand vous libérerez le flot qui doit submerger ceux qui sont dans le Noun (208) et que vous repêcherez au rivage du grand flot. Votre eau ne doit pas être asséchée, (tandis que) vos rivages seront hauts et [21] non dénudés. Faites le geste d'étendre le bras vers « Celui qui franchit l'eau » (209) pour que je (puisse) passer auprès de vous en paix. [22] Ce sont (les préposés) à l'étendue d'eau des noyés dans la Douat (210). Ce qu'ils ont à faire, c'est conduire [?] la barque.
[Noms des 5 divinités.]
[339 - n&r] Le Préposé à l'eau des submergés
[340] Le Protecteur du rivage
[341] Le Vivant de cœur [à tête de faucon]
[342] Le Primordial à l'opposé du ciel [?] [à tête de crocodile]
[343] Anubis, celui du coffre (211)
Scène 3
[9 colonnes au-dessus de ce qui ressemble à un tumulus de sable. En fait, il s'agit d'un réceptacle aux formes arrondies empli de sable dont l'ouverture, tournée vers le bas, laisse sortir le scarabée. Ses pattes de devant tiennent la corde de halage de la barque, au registre 2.]
[5,1 23-31]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Paroles dites par ce Grand Dieu : Protégez votre coffre ! (212) Que votre voix soit forte et véridiques [?] vos gorges ! Que soit cachée cette image que vous protégez. Étendez vos ailes et faites ce que vous devez faire pour que [30] je (puisse) passer auprès de vous [31] en paix.
[Noms des divinités.]
[344] Les ténèbres [écrit avec un grand hiéroglyphe au-dessus du réceptacle de sable]
[345] Isis [sous forme d'oiseau agrippé au réceptacle]
[346] Nephtys [sous forme d'oiseau agrippé au réceptacle]
Scène 4
[4 lignes, tout en haut du registre, au-dessus d'un serpent à deux têtes (précédé d'une clé de vie) et du personnage 348.]
[5,1 32-35]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Paroles dites par la majesté de ce Grand Dieu : Ô serpent sacré, sacré pour moi est ton bras [sic]. Ouvre pour moi tes replis et tes deux têtes dans la terre [?]. Ne tire pas (213) sur moi, n'attaque pas [35] ceux qui sont à ma suite pour que je (puisse) passer auprès de toi en paix.
[Description du serpent à deux têtes.]
[Le serpent est tourné vers la gauche. Le texte qui l'accompagne n'est donc pas en écriture rétrograde. Voir le commentaire sur ce sujet à la 4e Heure et la note 166 de cette même Heure.]
[347 = 5,1 62] Il vit de la voix de Rê, chaque jour. Il ne va à aucun autre endroit (214) de la Douat. Il se trouve près du réceptacle de Khépri.
Scène 5
[26 petites colonnes, tout en haut du registre, au-dessus de huit dieux et d'une déesse qui leur fait face. Puis 1 ligne en rouge pour décrire les dieux. L'ensemble présente un aspect plutôt chaotique. ] 
[5,1 36-61]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Paroles dites par ce Grand Dieu : Ô (vous) les massacreurs, qui êtes préposés au billot d'abattage, et qui êtes occupés à punir les morts ! [40] Que vos paroles viennent à l'existence ! Que vos paroles magiques éclairent ! Que vos âmes-baou [?] soient pénétrantes et que votre pouvoir soit considérable ! Écrasez les ennemis tandis que vous détruisez les morts et que vous massacrez les ombres-chouout de ceux qui sont anéantis. Ô (vous qui) punissez tous [?] vos morts ! C'est vous qui rendez hommage [50] à Osiris, qui écoutez les paroles dites à propos d'Ounefer ! Que vos épées soient tranchantes, que vos billots d'abattage soient terribles et que vos cordes soient bien tressées ! Que vos bras soient sur les images dans lesquelles vous vous trouvez [60] pour que je (puisse) passer [61] auprès de vous en paix.
[1 ligne bien peu horizontale placée au-dessus des 8 premiers dieux.]
[5,1 63]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Ce sont eux qui se tiennent (là) pour punir les morts dans la Douat. Ce qu'ils ont à faire, c'est consumer les cadavres des morts par le souffle incandescent de leurs bouches, chaque jour.
[Au-dessus de la déesse, à l'extrémité droite du registre.]
[5,1 63b et 101] Elle vit du (215) sang des morts [101] et de ce que lui procurent ces dieux.
[Noms des 9 divinités.]
[348] Celui qui satisfait les dieux
[349] Celui que craignent ceux de l'Ouest [à tête de musaraigne ?]
[350] Le Bâton [à tête de taureau]
[351] Le Dévoreur [à tête de vache]
[352] L'Encorné [tête tournée vers la gauche et entourée d'une sorte de globe] (216)
[353] Celui qui apporte Maât [portant la plume de Maât sur la tête]
[354] Celui au visage détourné, qui prend au lasso [tête tournée vers la gauche et tenant un lasso dans chaque main]
[355] Cette âme-ba, préposée aux morts [à tête de bélier]
[Déesse tournée vers la gauche, saisissant un ennemi dans ses mains. Elle est dessinée en rouge.]
[356] La Démolisseuse-Khémyt, préposée au découpage des morts (217).

5e Heure - Registre 2

Scène 1
[27 colonnes, de hauteurs inégales mais bien droites (les 2 premières étant aujourd'hui détruites), et 1 ligne, réparties au-dessus de la barque solaire et des haleurs.]
[5,2 102-118]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
<Ce Grand Dieu chemine, tandis qu'il est halé sur> cette caverne dans sa barque, qui est dans la terre, (appelée) « Vie des âmes-baou ». Les dieux de la Douat (disent) à ce Grand Dieu : En paix, en paix, [110] ô maître de la vie ! En paix, (toi qui) pacifies l'Ouest ! En paix, (toi qui) ouvres la terre ! En paix, (toi qui) fends la terre ! En paix, (toi) qui es dans le ciel ! [115] En paix, (toi qui) pacifies le ciel inférieur ! En paix : le maître de l'Ennéade triomphe ! En paix : la terre ouvre pour toi ses bras ! La Belle Région (218) fraie pour toi ses chemins.
[5,2 119-127]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Ô Rê, tu parles à Osiris ! [120] Ô Rê, tu appelles la terre de Sokar, et Horus « qui est sur son sable » vit (219). Viens à Khépri, ô Rê ! Viens, Rê, à Khépri ! La corde de halage que vous (220) avez apportée, la corde de halage est tirée par Khépri (221) pour qu'il (puisse) apporter de l'aide à [125] Rê (222) et frayer les chemins secrets pour Rê-Horus de l'Horizon. Le ciel est en paix, en paix, et Rê appartient au [127] Bel Occident !
[Noms des divinités]
[Barque solaire dont la proue étirée vers l'avant et la poupe recourbée vers l'intérieur sont des têtes de serpents. Leurs flammes « percent » les ténèbres, comme déjà précisé à la 4e Heure. Les personnages sont décrits de droite à gauche. C'est la seule Heure où les noms des dieux de la barque solaire soient écrits en rouge.]
[5,2 182 sous la proue] Vie des âmes-baou [= nom de la barque]
[357] L'Ouvreur des chemins
[358] La Connaissance-Sia
[359] La Maîtresse de la barque
[360] [Anonyme = la Chair]
[361] Horus, l'Élogieux
[362] Le Taureau de Maât
[363] La Vigie
[364] La Parole-Hou
[365] Le Guide de la barque
 
[1 ligne au-dessus des haleurs de la barque.]
[5,2 171]
Les dieux de la Douat. Ce qu'ils ont à faire, c'est haler ce Dieu sur la caverne de Sokar.
[Les 7 haleurs de la barque.]
[366 à 372] [tous anonymes]
Scène 2
[Colline de sable surmontée de la tête d'Isis, (nous dit le texte).]
[4 colonnes, entre les haleurs et le scarabée sortant de son réceptacle.]
[5,2 128-131]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Ce Grand Dieu, au-dessus de cette caverne, (dit) : Tu ... [?] cette tienne image, Sokar, qui cache le secret. Je [130] t'appelle. Les paroles que je t'adresse sont ta transfiguration, et tu t'en réjouis. [131] Isis émane de ton image, ô Grand Dieu appartenant à ton cadavre qu'il protège [?].
[7 petites colonnes, entre le scarabée et la tête d'Isis. Contre toute attente, le texte n'est pas rédigé en écriture rétrograde mais en clair, de droite à gauche.]
[5,2 132-138]
Ce Dieu s'arrête au-dessus de cette déesse et il donne des ordres dans cette terre de Sokar, [135] chaque jour. Khépri qui est dans sa demeure dirige la corde de ceux qui halent par-dessus cette caverne pour qu'il [le dieu solaire] séjourne sur [138] le chemin de la Douat.
[Noms des divinités.]
[373] [le scarabée-Khépri, dont le nom est précisé dans les textes avoisinants]
[374 - n&r] La chair d'Isis qui est sur le sable du domaine de Sokar [à droite de la tête d'Isis, le long de la pente sablonneuse]
Scène 3
[7 déesses anonymes tirant, à l'avant, la corde de halage.]
[19 colonnes, réparties au-dessus de la partie descendante de la corde et des 7 déesses.]
[5,2 139-157]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
La majesté de ce Grand Dieu chemine tandis qu'il est halé et qu'il est accueilli par ces déesses. Ces déesses (disent) à [145] ce Grand Dieu : Viens Rê, en paix, à la Douat ! Il est frayé, le chemin de Rê dans sa barque qui est dans la terre comme l'est son corps. [150] Ses ennemis sont détruits pour toi, qui es à l'Ouest, Rê, pour que tu y reposes. Tu montes au ciel, en tant que grande âme-ba et chef [155] des pouvoirs de l'horizon. Tu es tiré, ton halage s'effectue. Tu triomphes et tes ennemis sont chassés.
[1 ligne pour décrire les 7 déesses, puis 2 colonnes au-dessus de l'avant enroulé de la corde.]
[5,2 172-174]
Déesses qui halent Rê dans la Douat (par-dessus) cette caverne. Ce qu'elles ont à faire, [173] c'est haler ce Grand Dieu pour qu'il se repose dans [174] sa barque qui est dans le Noun, dans la Douat.
[Noms des déesses.]
[375 à 381] [Ces déesses sont toutes anonymes.]
Scène 4
[4 dieux et 1 déesse, à l'extrémité droite du registre.]
[13 colonnes, réparties au-dessus de l'avant enroulé de la corde et des 4 dieux.]
[5,2 158-170]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Paroles dites par ce Grand Dieu : prenez vos bâtons, [160] prenez appui sur vos sceptres, penchez-vous sur vos massues. Tenez-vous debout pour vos âmes-baou, asseyez-vous pour vos offrandes (223). [165] C'est vous qui êtes affectés aux offrandes alimentaires et aux pains, (vous les) maîtres des provisions de l'Ouest (224). Isis vous donne l'Ouest, elle est satisfaite de vous (225). Levez-vous donc pour moi ! Que les morts vous appartiennent [?] jusqu'à ce que je sois passé [170] près de vous, en paix.
[1 ligne au-dessus des 5 divinités.]
[5,2 173]
Ils existent de cette façon. C'est l'assemblée qui distribue les offrandes en nourriture dans cette caverne.
[Noms des divinités.]
[382] Celui qui est au-dessus des formes [?] [tenant un bâton à la main]
[383] Celui qui apporte les offrandes [tenant un sceptre-ouas à la main]
[384] Horus au sceptre-heqa [tenant un sceptre-heqa à la main]
[385] Le Donneur d'ordres [tenant un épi de très grand taille à la main]
[386] Isis de l'Ouest

5e Heure - Registre 3

Chemins et portes (zones A, B, C et D)
[Dans la partie ascendante du chemin, près de la porte rouge de gauche, zone A. Texte en noir et en rouge.]
Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
[5,3 234-235 - n&r (226)]
Chemin sacré d'Imhet (239) sur lequel ce Dieu est halé. C'est l'abomination de Nehes (227). Porte de l'ouest.
[Dans la partie horizontale du chemin, zone B. Texte en noir et en rouge.]
Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
[5,3 230-231 n&r (226)]
Chemin secret de la terre de Sokar sur lequel entre Isis pour qu'elle soit derrière son frère (228). Il est plein de flammes de feu (sortant de) la bouche d'Isis. Les dieux, les esprits-akhou et les morts ne s'y engagent pas.
[Dans la partie horizontale du chemin, zone C. En noir et en rouge.]
[5,3 232-233 n&r (226)]
Chemin secret de la terre de Sokar (sur lequel) ceux de l'Ouest halent ce Dieu, mais les dieux, les esprits-akhou et les morts n'y passent pas, car il est plein de flammes de feu (sortant de) la gueule du serpent-Ouamemty (229)
[Dans la partie descendante du chemin, zone D, sous la porte rouge.]
[5,3 236]
Celle qui saisit, qui vient vers son image [??] (230).
Scène 1
[4 têtes à barbes divines regardant à gauche, surmontées de flammes rouges.]
[1 ligne au-dessus des têtes et du serpent. Lecture de gauche à droite.]
[5,3 190]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Ils sont derrière ce Dieu. Ce qu'ils ont à faire, c'est consumer ses ennemis ... [?]
[Noms de ces têtes.]
[387 à 390] Têtes (de) torches [nom collectif]
Scène 2
[Serpent dont la tête est elle-même surmontée d'une tête de babouin. Il est précédé d'une clé de vie.]
[2 lignes au-dessus du serpent (n° 391). La première ligne à lire est celle du dessous !]
[5,3 191]
Il vit de la voix des dieux qui sont sur terre. Il entre et il sort. (Il présente) les affaires des vivants à ce Grand Dieu chaque jour, sans être vu (231).
[Nom du serpent.]
[391] Celui à la tête sacrée [graphie énigmatique]
Scène 3 (partie centrale)
[Zone ovale de Sokar. De chaque extrémité inférieure de cette zone émane un protomé de sphinx (392). Pour mieux repérer les textes et les numéros de divinités de cette scène dont la disposition est assez complexe, voir le schéma.]
[3 petites colonnes au-dessus de la tête du sphinx de gauche et 2 colonnes devant la tête du sphinx de droite. Les deux textes sont similaires mais présentent quelques petites différences orthographiques.]
[5,3 200-204]  Voir les hiéroglyphes        Voir le schéma 
Il respire par la voix du Grand Dieu. Ce qu'il doit faire, c'est protéger son image.
[Nom des têtes de sphinx.]
[392 gauche] La Chair
[392 droite - n&r] La Chair
[5 colonnes au-dessus de la moitié gauche de la zone ovale de Sokar, puis 3 lignes au-dessus de la moitié droite. Entre les deux, une colonne en noir et rouge désignant Sokar (393).] (232)
[5,3 192-196 - en colonnes, à gauche.]
C'est ainsi que cette image existe (dans) les ténèbres profondes. La zone-ovale qui appartient à ce Dieu [Sokar] est éclairée par les yeux de la tête de ce Grand Dieu [le serpent ailé]. [195] Les deux jambes sont éclairées (233) dans l'anneau (que forme) [196] le Grand Dieu tandis qu'il protège son image.
[5,3 197-199 - en lignes, à droite.]
On entend une voix, dans cette zone-ovale, après que ce Grand Dieu est passé devant eux [Sokar et le serpent ailé] comme le bruit du tonnerre dans un ciel d'orage.
[Nom du dieu dans la zone ovale, colonne située juste au-dessus du milieu de l'ovale.]
[393 - n&r] La Chair de Sokar « qui est sur (son) sable »
Voir les hiéroglyphes        Voir le schéma 
[Textes figurant dans le chemin sablonneux qui matérialise la zone ovale.]
[5,3 220-221 - demi-cercle à gauche.]
[n&r] Aker (234) qui garde la Chair secrète
[5,3 222-223 - partie supérieure droite.]
[n&r] La terre de Sokar
[5,3 224-225 - demi-cercle à droite, similaire à celui de gauche, mais avec variantes orthographiques.]
[n&r] Aker qui garde la Chair secrète
[2 colonnes au-dessus de la tête humaine, à l'extrémité gauche du serpent quadricéphale.]
[5,3 226] Il vit du souffle (qui est) dans sa bouche, chaque jour.
[1 colonne dans la partie supérieure droite de l'ovale.]
[5,3 227] Ce qu'il doit faire, c'est protéger son image.
[Nom du serpent quadricéphale, au-dessus et à gauche des 3 têtes de serpent. Elles sont précédées d'une clé de vie.]
[394 - n&r] Le Grand Dieu qui ouvre (ses) deux ailes au plumage multicolore. (235)
Scène 4, à droite de l'ovale
[Serpent (n° 395) précédé d'une clé de vie.]
[2 colonnes au-dessus du serpent, suivies d'un trait vertical descendant au niveau du front du personnage n° 396.]
[5,3 205-206]  Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Il vit du souffle incandescent qui est dans sa gueule. [206] Ce qu'il doit faire, c'est protéger la zone-ovale sans aller à quelqu'(autre) endroit de la Douat.
[Nom de ce serpent.]
[395] Ouamemty [?] (236)
Scène 5
[4 dieux momiformes rouges assis et portant chacun un symbole sur les genoux. Les deux premiers regardent à gauche.]
[1 ligne en rouge au-dessus des divinités.]
[5,3 207-208] Voir les hiéroglyphes        Voir les figures 
Leur image sort d'eux-mêmes, de leur propre corps. [208] Ils sont à la suite de ce Grand Dieu non visible et non observable.
[Nom collectif des 4 divinités rouges : 1 ligne en noir au-dessus d'elles.]
[396-399] Dieux qui portent les images secrètes de Sokar « qui est sur son sable ».
[le 396 porte la couronne blanche d'Égypte du sud]
[le 397 porte la couronne rouge d'Égypte du nord]
[le 398 porte la tête de bélier, symbole de la Chair du dieu solaire mort]
[le 399 porte les deux plumes, symbole du rayonnement solaire]
Scène 6
[Serpent rouge anonyme (n° 400) dressé sur sa queue, et tourné vers la gauche. A la base de sa queue, une étoile rouge.]
[2 colonnes devant le serpent.]
[5,3 209-210] Dieu vivant. Il va et il vient. Il ouvre (la porte dite) « la tranchante » (237).
La mer de flammes
[Entre la base du registre 3 et la zone sablonneuse qui délimite la partie inférieure de toutes les Heures se trouve un vaste rectangle contenant de l'eau selon les conventions habituelles du dessin égyptien. Il s'agit en fait d'une mer de flammes dont il est question dans de nombreux textes funéraires. (238)]
[2 lignes rédigées en noir (graphie énigmatique ) et en rouge (graphie normale en écriture rétrograde).]
[5,3 237-238 - n&r] Les eaux qui se lamentent  [?] (sur) les dieux qui sont dans Imhet (239). La barque(-solaire) n'y passe pas. Ceux de la Douat qui est située sous le dieu (240) ne prennent pas possession de son eau, car son eau, pour ceux qui s'y trouvent [sous le dieu], c'est du feu.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Notes

(200) Cette qualité de « non visible et non perceptible » est déjà mentionnée dans la 4e heure au § 4g 169-170 où il est écrit : « Chemin par où entre le cadavre de Sokar "qui est sur son sable", image secrète qu'on ne peut ni voir ni percevoir ». Voir également ci-après au § 5,i 3.

(201) Pour ceux qui savent lire l'écriture hiératique : dans le démonstratif pn, le scribe a confondu les 3 traits constituant le dessus de la lettre p avec une marque de pluriel suivie d'un n, ceci d'après les autres versions de ce même texte.

(202) A propos de cette ligne, Paul Bucher note : « Toute cette ligne avait contenu un autre texte qui a été effacé. Il en reste pourtant des traces. Le texte était en caractères plus petits que ceux de l'inscription qui s'y trouve maintenant. »

(203) Khémyt, la Démolisseuse, est la déesse n° 356 qui est « préposée au découpage des morts ». Elle figure à l'extrémité droite du registre 1. Son nom est écrit en graphie énigmatique, mais il est donné en clair dans l'abrégé.

(204) Comme on peut le constater dans l'image ci-contre, les deux cartouches royaux ont été tracés à la hâte et sans soin. L'étude de la tombe montre que le travail de décoration a dû être réalisé très vite. On voit ici comment le scribe a été conduit à bâcler son travail. Cette impression se confirme en constatant qu'il a écrit le mot roi (nsw) de droite à gauche, comme dans un quadrat d'écriture ordinaire, alors qu'ici, il aurait dû l'écrire de gauche à droite. (Cette image provient du tiers supérieur gauche de la 6e Heure, à la fin de l'introduction de la 5e Heure).

(205) Cette exclamation s'adresse à la déesse n° 329, portant une plume sur la tête et étendant un bras. Elle est considérée ici comme l'Ouest.

(206) « Le chemin qui est dans la terre » est écrit en graphie énigmatique.

(207) Il s'agit ici de la grand Ennéade d'Héliopolis avec les variantes importantes suivantes : à gauche, Khépri figure à la place d'Atoum ; à droite, Seth est éliminé au profit d'« Horus de la Douat ».

(208) Renvoie au registre 3 de la 10e Heure où des noyés sont représentés.

(209) Il s'agit d'un geste, consistant sans doute à étendre le bras en le baissant (un peu comme dans la salutation-nyny, dans la tombe de ToutAnkhAmon), en direction du dieu solaire qui se donne lui-même ce surnom signifiant mot à mot « Celui qui traverse l'eau ».

(210) Ces noyés, qui bénéficient d'un statut particulier, seront évoqués plus longuement au registre 3 de la 10e Heure, aux §§ 10,3 79-80.

(211) Anubis est parfois appelé le « Maître du coffre », le sarcophage d'Osiris. Il est certainement fait allusion ainsi au réceptacle empli de sable qui se trouve juste devant lui.

(212) Ces paroles s'adressent à Isis et Nephtys sous forme d'oiseaux. Elles s'accrochent à ce coffre-réceptacle contenant le cadavre divin qu'elles pleurent d'une voix stridente. Ce réceptacle est assimilable à Nout qui s'ouvre vers le bas comme le corps d'une femme pour engendrer le soleil-scarabée. Il est surmonté du hiéroglyphe de la nuit qu'il faut comprendre ici comme étant les ténèbres.

(213) Le feu ardent que crache ce serpent est semblable à une flèche qu'on tire sur un ennemi.

(214) Ce passage est fautif mais facile à reconstituer à partir des textes de la 4e Heure. Le réceptacle dont il est question est bien sûr le n° 344 vers lequel il est tourné.

(215) La préposition « du » est écrite à l'envers par rapport au reste de la phrase. En hiératique, un scribe n'écrit jamais de gauche à droite comme ici. Il perd donc vite ses points de repères et le naturel revient au galop... A moins qu'il ne s'agisse d'une intention délibérée qui nous échapperait ici. 
Par ailleurs, le paragraphe que Paul Bucher numérote 101 devrait se trouver juste après le § 63b.

(216) Le nom de ce personnage ne semble pas bien correspondre à sa représentation. S'il s'agit d'une confusion avec le personnage précédent n° 351 (ce qui n'est pas certain), elle s'est maintenue dans toutes les autres versions de ce texte. Quant à cette sorte de globe qui entoure sa tête, certains égyptologues y voient une ombre. J'y vois pour ma part une forte ressemblance avec le réceptacle de sable n° 344 vers lequel il se tourne.

(217) En graphie énigmatique et d'un grande complexité.

(218) La « Belle Région » : euphémisme pour la nécropole.

(219) Dans l'expression Horus « qui est sur son sable », il faut voir non pas le surnom de Sokar donné ici à Horus, ce que le contexte expliquerait d'ailleurs mal, mais au contraire une sorte de surnom donné à Sokar, divinité habituellement représentée sous l'aspect d'un corps humain à tête de faucon, ce qui incite au jeu de mots sur le nom d'Horus, faucon lui aussi.

(220) « Vous » : désigne les haleurs de la barque.

(221) C'est en effet ce que fait le scarabée-Khépri (n° 373) qui sort du réceptacle de sable évoqué au registre 1 et qui saisit la corde, au milieu du registre 2.

(222) Mot à mot : « pour qu'il donne la main à Rê ».

(223) Dans les Formules pour Sortir le Jour, chapitre 68, on peut lire, pour concrétiser l'éveil du défunt dans l'Au-delà : « Je me soulève sur mon côté gauche, et je me mets sur mon côté droit ; ... (puis) je m'assieds ; (enfin) je me mets debout, je secoue ma poussière...» (traduction Paul Barguet).

(224) Ces dieux ont pour fonction de subvenir aux besoins alimentaires des défunts provenant des offrandes. Au registre 3 de la 9e Heure, des dieux ont également cette même fonction.

(225) Allusion à la déesse n° 386 qui les précède.

(226) Le texte en noir correspond à la graphie énigmatique et celui en rouge à l'écriture ordinaire mais toutefois rétrograde pour les lignes horizontales des zones B et C.

(227) Nehes est peut-être le surnom de divinités violentes telles que Seth ou Sobek. Ce lieu est une abomination pour Seth car, enflammé de toute part, il est pour lui extrêmement dangereux.

(228) Les termes utilisés et les hiéroglyphes qui les composent montrent comment Sokar et le « Grand Dieu » (Rê) sont ici volontairement confondus et assimilés l'un à l'autre. De plus, Osiris étant assimilé à Rê, on comprend qu'il le soit également à Sokar qui devient le frère d'Isis.

(229) Renvoie au serpent n° 395 crachant du feu qui est un des aspects d'Isis.

(230) Texte en noir très énigmatique. Traduction incertaine.

(231) Contrairement aux autres serpents rencontrés à la 4e Heure et qui « ne vont à aucun autre endroit, chaque jour », celui-ci peut entrer et sortir à sa guise, faisant le lien entre le monde qui est au-dessus de la terre et celui qui est en-dessous.

(232) Paul Bucher écrit à propos de ce passage : « Le texte est incompréhensible. Il semble avoir été incompréhensible aux scribes de la tombe de Thoutmosis III et Aménophis II, car ils ont effacé tous les deux le texte (qu'ils avaient d'abord écrit) et mis la variante que nous avons... »

(233) Comme on peut le lire dans la note ci-dessus, ce passage est d'une extrême complexité. Les mots constituant les phrases sont écrits dans un désordre total. Ce lieu très secret et très inhospitalier imposait peut-être ce mode d'expression. Le serpent ailé, qualifié ici de « Grand Dieu », dispose de trois têtes à droite et d'une tête humaine à gauche. Ces yeux sont comme des phares qui éclairent cette zone. Les jambes de Sokar sont intégrées aux anneaux du serpent.

(234) Aker, divinité cosmique personnification du sol, de la terre. Il est souvent représenté sous la forme de deux lions se tournant le dos, comme c'est presque le cas ici.

(235) Le « plumage multicolore » est un attribut des dieux solaires, tel l'Horus d'Edfou, par exemple. Il s'agit du rayonnement solaire et de ses couleurs qu'on retrouve dans l'arc-en-ciel. Il a déjà été question de cet attribut à la 4e Heure, au registre 3 de la partie droite. Voir au § 4,3d 159.

(236) Très au-dessus de la tête de ce serpent, devant le visage de la divinité n° 396, on peut distinguer un trait vertical noir. Il a été représenté sur mon schéma en bleu et grossi pour être plus visible. Il a servi de point de repère aux décorateurs.

(237) A la 4e Heure, partie gauche, il existe une porte, dans le chemin sablonneux en diagonale, référencée P2 et qui est appelée « La Tranchante, qui ensevelit ». Ici, cette « tranchante » est également une porte. Voir aussi la note 163 de cette 4e Heure. Ce serpent est sans doute le gardien de la porte située juste derrière lui en zone D.

(238) Voir par exemple les Textes des Sarcophages (dans le Livre des Deux Chemins, formule 1166) ou les Formules pour Sortir le Jour (chapitre 17).

(239) Imhet : le nom de ce lieu n'apparaît que dans les 4e 5e et 6e Heures des « Écrits de l'Espace Caché ». Il désigne sans doute tout ou partie du territoire de Sokar, et surtout l'aboutissement des corridors de Ro-Setaou. Plus tard, les textes du Serapeum de Memphis en feront souvent mention.

(240) Le terme égyptien Xrt-nTr se traduit habituellement par nécropole. Mais littéralement, il signifie « ce qui est sous le dieu ». J'ai préféré ici cette traduction qui me paraît mieux adaptée à la géographie particulière de ce lieu.